vie – voyages – amours

Bienvenue sur mon blog

11 mars, 2009

petit homme (1)

Classé dans : vie voyage amour — henzzo @ 15:22

C’était un petit homme, un petit bout d’homme d’un autre temps, d’avant.

C’était un petit homme, un petit bout d’homme d’un autre temps, plus avant

C’était un petit homme, un petit bout d’homme du temps présent, et… vivant.

Un jour qu’il usait son corps à des flâneries paresseuses, qu’il laissait libre tel un écho, son esprit sauter monts et vallons, virevolter au gré des vents, en une valse à trois temps, un jour le petit homme, le petit bout d’homme perçut un sifflement, un son différent à son oreille exercée qui vibrait aux bruits courants. Ce n’était point l’air du temps, brise du père Éole, ni la fuite d’une étoile taquine qui saluait en filant le dernier des hominidés vivants. Non c’était comme un chant, celui entendu il y a longtemps lorsqu’il s’était pris les pieds dans les vagues de l’océan au risque de tomber, d’être roulé, retourné et bousculé encore et encore. Oui c’était comme le chant de la sirène du pays de l’Entrecontinent, créature exquise et singulière, belle à la vue, charmeuse à l’ouïe, envoûtante à l’esprit, elle avait imprimé à l’encre de son sceau, en son âme juvénile, ses royales armoiries.

Le petit homme, le petit bout d’homme n’acheva pas son pas. Son pied, suspendu, tenu comme par un fil, un instant immobile, posé sur un coussin d’air, esquissa lentement sa descente vers le sol de terre sablonneuse. Ses yeux clairs pointaient en direction du lieu d’où provenait l’étrange bruit. Orienté ainsi vers l’objet de sa curiosité, il entreprit d’amener son séant vers le sol, pour mieux s’instruire de l’incident dont il est témoin.

Loin, très loin est l’océan, à des lieux distants, point de vagues hussardes battant le tambour pour marquer le pas aux frontières de son lit. Point de sirènes aux chants naufrageant, point d’étendues infinies au delà desquelles le monde tombe dans l’abîme du néant, point de cela mais un soleil couchant tendant son paréo jaune, ocre et rouge sur les cailloux de schiste bleu posés dans la plaine déserte et chaotique.

Ce fut ici que Zeus Dieu du ciel et de la lumière, Dieu souverain, père des dieux et des hommes, ordonnateur du monde qui présidait à tous les phénomènes atmosphériques. Ce fut ici donc, que Zeus à la conquête du pouvoir lutta contre Cronos et les Titans se faisant aider par les cyclopes, frères de sang, Brontès (le tonnerre), Stéropès (la foudre) et Argès (l’éclair), ils avaient un seul œil au milieu du front et des mœurs assez sauvages.

Laisser un commentaire

 

bibliovoresclub |
Quand tu nous prends... Lit... |
Univers de Tungaten |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | naruto vs sasuke
| opinions par andree salibi
| J'accuse...!!!